Comment améliorer le référencement SEO de son site web ?

Améliorer le référencement SEO de son site web consiste à travailler sur les 3 piliers du SEO, à savoir : l’architecture technique, le contenu et le netlinking (popularité). Pour y parvenir, vous pouvez soit faire appel à un consultant SEO externe, soit le faire vous-même, mais c’est un métier et cela demande du temps (et des connaissances) !

Dans cet article, vous allez pouvoir vous familiariser avec les notions élémentaires du référencement naturel organique SEO.

Travailler les 3 piliers du SEO en priorité

Avant de commencer, il est important de rappeler que le référencement naturel ou SEO (Search Engine Optimization) est un ensemble de techniques permettant aux pages de votre site web de remonter dans les résultats de recherche, tout ceci dans le but d’atteindre un positionnement élevé dans la SERP (les résultats de recherche des internautes).

Néanmoins, le travail à effectuer pour optimiser le SEO de son site web requière de solides connaissances et compétences dans le domaine du référencement, et ce n’est pas un projet à prendre à la légère…

De plus, vos résultats n’apparaîtront que plusieurs mois après avoir travaillé sur le SEO de votre site web, il faut donc s’armer de patience !

ameliorer le referencement seo de son site web

Quels sont les 3 piliers du SEO ?

En SEO, nous parlons toujours de 3 piliers incontournables que vous devez travailler pour espérer gagner des positions sur Google et plaire à son algorithme qui change sans cesse.

L’architecture technique du site

Le premier critère du référencement organique de votre site repose sur la structure technique de votre site web. L’architecture consiste en la manière dont est structuré votre site internet, vous pourrez y trouver le positionnement de vos pages depuis la page d’accueil vers les pages et autres sous-pages de votre site, composantes intégrantes de votre visibilité (et de votre offre !).

Dans cette partie, il est question de créer une arborescence de site web au niveau des URLs (monsite.com/page/sous-page). Pensez bien à adopter une structure simple avec des URLs faciles à comprendre pour le Googlebot (robot de Google), évitez donc les URLs qui terminent par des =3241 ou 2022/06/25 car elles sont plus compliquées à comprendre pour le moteur de recherche.

La question du maillage interne se pose ensuite, c’est-à-dire la façon dont vous souhaitez que vos visiteurs naviguent entre vos pages via des liens hypertextes. Ici, il faut alterner entre des liens présents directement dans le contenu ET possédant une ancre de lien unique (évitez les « cliquer ici », « en savoir plus »…). Il faut privilégier les ancres uniques qui apportent une réelle valeur ajoutée par exemple :

« Afin de construire une arborescence de site web compréhensible par les moteurs de recherche, il faut tout d’abord commencer par réaliser un audit SEO complet ». Le lien pointe vers un article portant sur la thématique de l’ancre de lien, et Googlebot comprend tout à fait la cohérence existante entre la page d’avant et la page ciblée. Vous pouvez également ajouter des boutons d’appels à l’action (appelés CTA) pour générer plus de clics entre vos pages, d’un point de vue visiteur de votre site.

La dernière action à prendre en considération sur l’aspect technique est le codage de votre site web, et vous devez vous poser ces questions :

« Les balises Title et meta-descriptions sont-elles explicites pour Google ? » -> ici il est question des informations qui sont visibles en dehors du site lorsque l’on effectue une recherche. Une bonne balise Title explique clairement le contenu d’une page en quelques mots seulement. Une bonne balise meta-description décrit précisément ce que l’internaute va trouver sur votre page, et il faut donner envie à l’internaute de cliquer (travail à réaliser pour optimiser le nombre de clics sur les pages).

« Les balises H1, H2 et H3 et autres sont-elles optimisées pour le SEO ? » -> la méthode est de penser que chaque page web est comme un livre et possède donc : un Titre (H1), des chapitres (H2) et des sous-chapitres (H3). Il faut donc analyser pour chaque page votre balise H1 qui est également la plus importante aux yeux de Google car elle reflète l’objectif de la page en question (doit être différente de la balise Title, soyez créatif…). Les balises H2 permettent également à Google de comprendre rapidement, par la méthode de l’entonnoir (et du livre), comment est présenté le contenu.

A la suite de ces modifications, votre site est prêt pour être optimisé au niveau de son référencement naturel. Les objectifs étant de paraître dans les 3 premiers résultats de recherche et d’accroître le nombre de visiteurs (que vous pourrez analyser par la suite sur Google Analytics et la Search Console).

Le contenu textuel SEO

Le contenu de votre site web concerne toute la partie textuelle de votre site : les pages, les articles, la FAQ… Sans compter la pertinence de votre contenu, son authenticité et sa valeur unique (pas de duplication de contenu, c’est pénalisé par Google…).

Aujourd’hui, cela concerne également les images et les vidéos, pour les images vous devez vous poser cette question :

« Les images de mon site web ont-elles toutes un attribut alt ? Une description ? Et une légende ? » -> cela permet au moteur de recherche d’indexer vos images sur Google images (à vous de positionner des mots-clés cohérents et pertinents avec votre page). De plus, toujours sur les images, pensez bien à les alléger avant de les intégrer sur vos pages et à les diffuser au format nouvelle génération qui est le SVG (la performance et la vitesse de chargement d’un site sont des éléments primordiaux aux yeux de Google, l’objectif est que votre site se charge en moins de 3 secondes) et les images en Webp.

Rappelez-vous qu’une page bien positionnée dans la SERP cible un mot-clé principal (avec déclinaison et synonymes des mots-clés secondaires). Pour déterminer quels mots-clés sont les plus adaptés à chacune de vos pages, vous pouvez consulter mon article portant sur l’étude des mots-clés.

Il faudra également envisager de réaliser un audit concurrentiel afin de déterminer sur quels mots-clés se sont positionné vos concurrents et la raison pour laquelle ils arrivent en première page.

Le netlinking

Le netlinking concerne l’ensemble des liens présents sur d’autres sites web et intégrant un lien sur leur propre site qui redirige vers votre site, ici ces liens sont appelés des backlinks (ou lien retour) mais également le « jus SEO ». Il existe 2 types de backlinks différents, à savoir :

  • Les liens en Dofollow -> ces liens sont traçables par le Googlebot
  • Les liens en Nofollow -> ces liens ne peuvent être tracés par le Googlebot

L’intérêt, vous l’aurez compris, est d’avoir un maximum de liens en Dofollow, car ils permettent au robot de Google de faire remonter vos pages et de vous attribuer un score de confiance (Trust Flow). A l’inverse, les liens en Nofollow n’ont aucun impact sur le référencement organique – naturel de votre site web.

En termes de netlinking, il existe également plusieurs possibilités afin d’avoir des liens de qualité pointant vers votre site :

  • La mise en place de partenariats entre sites web complémentaires (1 article avec un lien sur votre site web mettant en avant l’expertise de votre partenaire, contre un lien retour sur 1 article créé par lui-même) : méthode fastidieuse et apportant peu de retours, d’autant plus si votre site n’est pas très bien réputé sur Google…
  • L’inscription dans les annuaires spécialisés et généralistes : technique chronophage mais qui peut apporter de la valeur à votre site (si les liens sont en Dofollow), en sélectionnant avec précaution les annuaires que vous ciblez (inutile d’en cibler 100 différents). Certains annuaires ont un trafic et une autorité assez forte comme Gralon ou encore Cylex Locale
  • L’achat de liens sur des sites connus : astuce que je ne recommande pas car vous n’êtes jamais réellement sûr de votre retour sur investissement, et cela demande des ressources financières assez importantes (compter à minima entre 2000 et 3000€ pour avoir de premiers résultats probants)

Dans le netlinking, nous parlons également d’ancre de lien, tout comme dans le maillage interne de votre site web. Un lien qualitatif est tout d’abord unique et doit témoigner de votre expertise, évitez les « Cliquez ici » ou « En savoir plus » mais plutôt les « Expert en marketing digital sur Rennes Digit’All Consulting » ou encore « Entreprise X vous accompagne de la création à la conception de votre site web ». Plus l’ancre est précise, plus simple sera le passage du Googlebot, moins le robot devra dépenser de ressources pour indexer et naviguer entre les pages (il évalue également la cohérence et la synergie entre les activités via ces liens).

A titre d’exemple, imaginons qu’un site très connu comme Le Monde ou Le Figaro ait créé un article mettant en avant votre savoir-faire et ait créé un lien vers votre site web. Ce lien peut être considéré comme étant « qualitatif » s’il est positionné à l’intérieur d’un article cohérent avec votre secteur d’activité.

Rappelez-vous que si vous débutez dans le netlinking, vous pouvez soit faire appel à un expert en SEO pour vous aider à choisir les bonnes méthodes pour votre activité, soit tenter de le faire vous-même au risque que cela ne vous apporte pas grand-chose (et vous fasse perdre du temps !).